Trois fois rien

« Un goût d’herbe filante à la bouche » est une citation empruntée à Pierre-Albert Jourdan, dans Le Bonjour et l’Adieu [Mercure de France, 1991]

Pourquoi ? Rarement je trouvai dans les écrits d’un poète tant d’affinité et de correspondance.

*

La photo du bandeau est un recadrage d’une photo de Mademoiselle Chiffon sur le site d’Écriture infinie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s