Plus belle que les larmes ~ Gaston Miron

© Photo Olimpia von Karuck Soheve

© Photo Olimpia von Karuck Soheve

.

Jeune fille plus belle que les larmes
qui ont coulé plus qu’averses d’avril
beaux yeux aux ondes de martin-pêcheur
où passaient les longs-courriers de mes désirs
mémoire, ô colombe dans l’espace du cœur
mes mains sont au fuseau des songes éteints
je me souviens de sa hanche de navire
je me souviens de ses épis de frissons
et sur mes fêtes et mes désastres
je te salue toi la plus belle
et je chante

Gaston Miron, extrait de La marche à l’amour
in L’homme rapaillé –  Les poèmes, Poésie/Gallimard, 2007

La prière du savoir vivre

.

Aux aimables visiteurs qui font halte ici et goûtent la lecture de quelque page de poésie, je voulais rappeler que la plus élémentaire courtoisie, lorsque l’on souhaite partager un texte et le replanter sur ses terres, consiste à le greffer avec tout son matériel génétique. Si le corps du texte est certes celui qui retient l’attention, j’attirerais la vôtre sur le souci et l’importance de citer aussi ses références. Derrière un texte, il y a un éditeur, qui a réalisé un travail, opéré des choix, mis en valeur un auteur, pris des risques. Aussi me semble-t-il que la plus légitime et incourtournable des actions soit de rendre à César ce qui lui appartient en citant le nom de l’oeuvre et l’éditeur.

À cela, j’ajoute que partager le plaisir d’un poème, c’est aussi désirer que le lecteur enthousiaste puisse donner suite à son envie de découverte en dirigeant ses pas du poème au livre, du poème à l’auteur, du poème au delta de l’œuvre pourquoi pas.

Enfin, dans toute la mesure du possible, sauf en n’ayant pu par aucun moyen retracer l’auteur d’une photo ou d’une création, je m’attache à agir de même pour les illustrations, citant le photographe ou l’artiste, avec un site de référence. L’évidence est aussi là, cher copieur-colleur, de rendre hommage au travail de création et de diffuser l’œuvre.

Paul Valéry disait « qui veut faire de grandes choses doit penser profondément aux détails ». Voilà. Et ce sera top.

Merci d’avance.

VB

Passage de la séguidille ~ Federico García Lorca

.

Parmi des papillons noirs,
va une fille brune
à côté d’un blanc serpent
de brouillard.

Terre de lumière,
ciel de terre.

Elle est enchaînée au frémissement
d’un rythme qui jamais n’arrive ;
elle a un cœur d’argent
et un poignard dans la main droite.

Où vas-tu, séguidille,
avec un rythme sans tête ?
Quelle lune recueillera
ta douleur de chaux et de laurier-rose ?

Terre de lumière,
ciel de terre.

Frederico García Lorca, extrait de Poèmes du Cante Jondo
in Poésie II, Poésie/Gallimard, 2009

.

seguidille

El paso de la siguiriya

Entre mariposas negras
va una muchacha morena
junto a una blanca serpiente
de niebla.

Tierra de luz,
cielo de tierra.

Va encadenada al temblor
de un ritmo que nunca llega;
tiene el corazón de plata
y un puñal en la diestra.

¿Adónde vas, siguiriya,
con un ritmo sin cabeza?
¿Qué luna recogerá
tu dolor de cal y adelfa?

Tierra de luz,
cielo de tierra.

Federico García Lorca,   Poema del Cante  Jondo