Au creuset, rougeoiements d’antan

[…]

Aussi loin qu’il m’en souvienne, l’étroite passe réclame déploiement, baraquement citadelle aux lisières élargies, paume affamée de ciel et d’arbres, d’animal et de fruits portés en bouche. Ces galopantes échappées tantôt de toitures, tantôt de vignes et de carrières à se rompre le cou, dans la géographie de l’enfance, il est toujours une place à emporter, où les poings gaillards et délurés gardent un chant d’inoffensive victoire aux enjouées garçonnières.

Filles, garçons, floppée de gosses ingambes hissés sur le goudron au faîte des rangées de garages : ce souvenir aigre et ancré dans la débâcle intestinale des fruits de prunus un peu trop goulûment prélévés à l’arbre. Mémoire fabuleuse des petites choses.

C’étaient des heures sans souci et sans danger, dans le temps d’une dette de guerre que l’Histoire prolongeait encore un peu, l’hiver palatin gonflé de ses neiges, mains froides palpant le blanc, investis de nos guerres enfantines : la neige tassée sans relâche montait en de longs murs, munitions alignées aux pieds, sus aux Boches et la bataille prenait corps face à l’ennemi édifiant sa frontière à portée de boules. Là, j’appris mes premières insultes en allemand.
L’Europe balbutiait encore.

[…]

VB, Entre-Deux

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s