Antonio Gamoneda ~ Stèles

Dans le vide de Dieu, ah ! colombe de vie je t’obligeai à la lecture du silence.
Et tu étincelais d’un feu vif.
Tu es corps entre deux abîmes,
bleue entre deux morts, entre deux langues de terre.
Ah ! colombe ultime, il va être novembre.

Vers l’immobilité du gris lié par un oiseau de silence,
tu descends avec tes pleurs.
Il y a une mer incessante qui oublie le partage entre l’éclat et l’ombre,
et l’éclat et l’ombre existent faits de la même matière,
de ton enfance habitée par des éclairs.
.

Antonio Gamoneda, extrait de Lápidas (1987)
Traduction Jean Gabriel Coscolluela
in L’invention des voix, 22 poètes d’Espagne, Voix d’Encre, 1996.
.

Publicités

4 réflexions sur “Antonio Gamoneda ~ Stèles

  1. Pingback: Antonio Gamoneda ~ Stèles – nOuveau mOnde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s