Chiffonnerie ~ Jean-Philippe Salabreuil

.

pour Jacques Brenner

Ces poèmes-là
J’en ferai des serpillères
Pour éponger voyez-vous ça
Le lait renversé des neiges

La poésie ne sert à rien
Je ne tricote pas le monde
Je rechiffonne le terrain
J’essuie la lune entre les tombes

Eh bien à force de fourbir
Quelque chose reflamboie
Je ne sais quoi de clair sur la lyre
Je ne sais quoi d’aurore sur les croix

Oh pas fort pas dru pas libre
À peine encore un frais printemps
Mais ça va venir ça va venir
On entend chuinter le balai de l’ange

Ôte-toi laisse-moi rêver
Disait le vieux Théophile
Je sens un feu se soulever
Ensuite disait-il

Et la lumière
Depuis ce temps-là
N’a pas changé sa manière
De nous brûler je trouve moi.

 

Jean-Philippe Salabreuil, extrait de La Liberté des feuilles
Orphée / La Différence, 1990.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s