93.

.

Repousse l’heure de ton réveil,
nous te le demandons :
les lieux sont déserts et nous ne voyons rien
hormis cette haie au milieu d’un pré.
La brise du matin se berce entre les branches.
Une haie sauvage, obscure et vide.

Cristina Campo, Les Impardonnables.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s