Le jardin dispersé ~ Pascal Riou

.

.

Et n’avoir qu’un désir :
le vent debout en toi
chassant les relents de maladie
comme s’il délivrait le ciel couleur
du zinc des toits, vieillard ravaudé
par la continuellement
petite histoire…
Et tu marcherais, infini
dans l’espace qui s’abreuve
au bleu sans fond des grappes de gentianes.

Tu aspires en te jouant
l’air d’amandiers et de froid ;
tu es celle qui as donné
congé au vent —
égale de l’arbre
sous l’averse de ses fleurs.

Coquelicot du tendre impossible rouge
sur les talus,
éclabousse les voies
que l’homme a désapprises,
nous redirons ta fièvre aux lèvres
des passantes.

Pascal Riou, Le jardin dispersé, Cheyne Éditeur, 2000

 

Publicités

2 réflexions sur “Le jardin dispersé ~ Pascal Riou

  1. Pas une brise, mais un maëlstrom de métaphores… Beau, bien rythmé, harmonique, évocateur, légèrement surréaliste… mais pas un peu confus, finalement, à force de superposer toutes ces images pas complètement cohérentes ? Simple avis subjectif…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s