James Sacré

Photo © Olivier Jules

Photo © Olivier Jules

__Dans la lumière d’un chapeau de paille un homme à travers une femme. (La voit- on rêver définir une lumière ?) __
__
Chose fine à l’extrémité d’une élégance de  langage  elle  regarde  elle  dessine   un jardin. Elle enlève  à travers une paille des transparences.

__(Le clair et le tremblé dans une qui regarde). __
__
Comme simples des couleurs dans quelques lignes de dessin.
.

           *

.

__Terres déliées dans les pluies : il semble que toute chose soit belle et douce à dire.

__Il y a qu’un homme  fournit du foin à des bêtes de  peau souple dans  des prés loins. Et les routes passent   plus  haut vers  les plaines. Il y a que ce mouvement de travail est silencieux et qu’il participe d’une grande rêverie des prés, et les routes passent plus haut vers les plaines et parlent au voyageur pressé de ce mystère sous-jacent, cette déliaison vaste du monde à partir d’un  geste d’homme qui travaille.

James Sacré, extrait de Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui dire je t’aime
Cadex Éditions, 2006

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s