Nativité cinquante et quelques ~ Lionel-Édouard Martin

.

.

____« Cette certitude qu’ils vont venir. Pas qu’ils viendront, qu’ils vont venir. Ce soir, même, et pas un autre soir. Ce sont des choses qui s’éprouvent, personne ne pourrait les expliquer. Dès ce matin je l’ai su. Mon petit doigt ; l’intuition, comme ils disent. On le sent dans son corps mais il faut avoir le corps fait pour : un corps qui sent, qui ressent ; le corps qu’on m’a donné, qui est poreux. Il absorbe — une éponge. Je l’entends certaines fois prendre sa goulée comme un qui mange sa soupe en aspirant. C’est ça ma vieille couenne : elle mange le monde en aspirant ce qui l’entoure. Et celui qui mange comme un glouton il se bourre d’air au point d’en être enflé comme la vache pleine d’herbe humide et l’estomac lui fait mal tant qu’il n’a pas roté. Moi c’est pareil, je me gonfle du malheur des hommes — mon air, mon herbe humide : le malheur des hommes. Après je boite, j’ai de la douleur partout. Des cannes pour aller droit ; pour marcher, même, pour simplement marcher.
____Après ils me disent : Mais prends donc mon mal que j’en ai plein le corps. Mais enlève-moi cette saloperie, c’est rien pour toi, tu poses les mains dessus, hop ça s’en va, tu me l’arraches comme on arrache un clou. Pour partir, ça part, oui. Mais un oiseau qui s’envole d’un arbre, où va-t-il sinon dans un autre arbre ? Alors leur mal, il va brancher ailleurs comme une pintade qu’on dérange et qui criaille et au final c’est moi le nouvel arbre où le mal va fienter, me griffer le liège, faire de son corps une espèce de tumeur sur mon écorce comme ont les ormes, les chênes, les peupliers. La loupe, comme on dit — mais c’est moi qu’elle prend, qu’elle grossit de douleurs, moi l’homme-orme, l’homme-chêne, l’homme-peuplier ; qu’elle prend tant et si bien que mon corps, mangé par les bouffioles, qu’il se bouge tout de guingois : on œil en déséquilibre, une boule opaque, gluante, de gui…»

Lionel-Édouard Martin, extrait de Nativité cinquante et quelques,
Editions Le Vampire Actif, coll. Les Séditions, 2013, pp 97-98

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s