Robert Davreu ~ Au passage de l’heure

*

Photo Patrick Dagonnot

Photo Patrick Dagonnot

.

Quelle aube s’agglutine aux cheveux noirs des dunes
quand au tour de compas d’une peur dérisoire
le cœur se rapetisse et, géomètre aveugle,
cherche l’impasse d’une passe éteignant
la passion du large ?

Serait-ce que     l’heure n’est plus à rien,
plus même à la secrète compassion
d’une guerre muette et solitaire
où chaque pas invente         Une autre carte
avant de s’effacer ?

Serait-ce que l’argile a fini de durcir
et fini d’avoir soif comme ces centenaires
aux paupières d’iguanes dans un masque recuit
et prêt à s’écailler
au moindre souffle reconnu ?

Serait-ce que la nuit est beaucoup trop précise
qui donne à lire le cristal de l’estran,
quand le jour fige et brouille les vignes
et nomme réel le néant
de ses gardes-fous et balises ?

Mais oui, mais non, il n’est fracas
qui ne soit chant, ni chant
qui ne soit tintamarre,
rosée qui noire ne brille
et dont le blanc ne sera nourri.

Robert Davreu, Au passage de l’heure (José Corti, 2001)

Publicités

Une réflexion sur “Robert Davreu ~ Au passage de l’heure

  1. Pingback: Robert Davreu ~ Au passage de l'heure | enjam...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s