Esthétique ~ Jules Laforgue

Christie Turlington

Photo © Christie Turlington

*

La Femme mûre ou jeune fille,
J’en ai frôlé toutes les sortes,
Des faciles, des difficiles ;
Voici l’avis que j’en rapporte :

C’est des fleurs diversement mises,
Aux airs fiers ou seuls selon l’heure ;
Nul cri sur elles n’a de prise ;
Nous jouissons, Elle demeure.

Rien ne les tient, rien ne les fâche,
Elles veulent qu’on les trouve belles,
Qu’on le leur râle et leur rabâche,
Et qu’on les use comme telles ;

Sans souci de serments, de bagues,
Suçons le peu qu’elles nous donnent,
Notre respect peut être vague,
Leurs yeux sont haut et monotones.

Cueillons sans espoirs et sans drames,
La chair vieillit après les roses ;
Oh ! parcourons le plus de gammes !
Car il n’y a pas autre chose.

Jules Laforgue, Des fleurs de bonne volonté  (XLII), Poésie/Gallimard, 2002

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s