Tintement ~Tomas Tranströmer

Balquhidder1

.

Et la grive sifflait son chant sur les os des morts.
Nous étions sous un arbre et voyions le temps s’écouler.
Le cimetière et la cour de l’école se rejoignirent et grandirent
comme deux courants dans l’océan.

Le tintement des cloches de l’église s’éparpilla aux quatre vents,
porté par les doux bras de levier d’un planeur.
Laissant sur la terre un silence plus imposant encore et les pas paisibles d’un arbre,
les pas paisibles d’un arbre.

Tomas Tranströmer,  Ciel à moitié achevé (1962), in Baltiques, Oeuvres complètes 1954-2004
Poésie/Gallimard 2011

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s