Tympan ~ Karim de Broucker

Photo VB

Photo VB

.

I

La blessure
est spectaculaire

au centre du corps avait lâché
le dernier nerf

livrant l’âme à elle-même la chair
aux éléments

ma dépouille est assise
sur la dalle en ciment tout au fond de l’abîme

tandis que s’entérinent
indubitablement
les transparences de l’Enfer

II

Tout-à-coup c’est le contraire
de la prairie tiède
à la fois en moi et à partir du vieux puits
s’élève jusqu’aux pins de la crête
comme la draperie verte d’une aurore polaire.
Au milieu le Fils
et sous ses bras étendus d’un confin à l’autre
de lui le Grand Complet
l’Humanité Entière.

Et je réalise :
qu’un seul se perde
et le ciel devient Enfer.

Karim de Broucker, Poèmes
Revue Phœnix n°9, mars 2013.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s