Hatôuara ~ Blaise Cendrars

Photo @ Neil Craver

Photo @ Neil Craver

.

Elle ne connaît pas les modes européennes
Crépus et d’un noir bleuâtre ses cheveux sont relevés à la japonaise et retenus pas des épingles en corail
Elle est nue sous son kimono de soie
Nue jusqu’aux coudes
Lèvres fortes
Yeux langoureux
Nez droit
Teint couleur de cuivre clair
Seins menus
Hanches opulentes
Il y a en elle une vivacité une franchise des mouvements et des gestes
Un jeune regard d’animal charmant
Sa science : la grammaire de la démarche
Elle nage comme on écrit un roman de 400 pages
Infatigable
Hautaine
Aisée
Belle prose soutenue
Elle capture de tout petits poissons qu’elle met dans le creux de sa bouche
Puis elle plonge hardiment
Elle file entre les coraux et les varechs polycolores
Pour reparaître bientôt à la surface
Souriante
Tenant à la main deux grosses dorades au ventre d’argent
Toute fière d’une robe de soie bleue toute neuve de ses babouches brodées d’or d’un joli collier de corail qu’on vient de lui donner le matin même
Elle m’apporte un panier de crabes épineux et fantasques et de ces grosses crevettes des mers tropicales que l’on appelle des «caraques» et qui sont longues comme la main.

Blaise Cendrars

Îles, Documentaires, Du monde entier au coeur du monde – Poésies complètes – nrf  Poésie/Gallimard,

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s