Passage de la séguidille ~ Federico García Lorca

.

Parmi des papillons noirs,
va une fille brune
à côté d’un blanc serpent
de brouillard.

Terre de lumière,
ciel de terre.

Elle est enchaînée au frémissement
d’un rythme qui jamais n’arrive ;
elle a un cœur d’argent
et un poignard dans la main droite.

Où vas-tu, séguidille,
avec un rythme sans tête ?
Quelle lune recueillera
ta douleur de chaux et de laurier-rose ?

Terre de lumière,
ciel de terre.

Frederico García Lorca, extrait de Poèmes du Cante Jondo
in Poésie II, Poésie/Gallimard, 2009

.

seguidille

El paso de la siguiriya

Entre mariposas negras
va una muchacha morena
junto a una blanca serpiente
de niebla.

Tierra de luz,
cielo de tierra.

Va encadenada al temblor
de un ritmo que nunca llega;
tiene el corazón de plata
y un puñal en la diestra.

¿Adónde vas, siguiriya,
con un ritmo sin cabeza?
¿Qué luna recogerá
tu dolor de cal y adelfa?

Tierra de luz,
cielo de tierra.

Federico García Lorca,   Poema del Cante  Jondo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s