Éluard ~ Le travail du peintre

Picasso, Le vieux guitariste, 1903

Picasso, Le vieux guitariste, 1903

.

VI

.
Toujours c’est une affaire d’algues
de chevelures de terrains
une affaire d’amis sincères
avec des fièvres de fruits mûrs

de morts anciennes de fleurs jeunes
dans des bouquets incorruptibles
et la vie donne tout son cœur
et la mort donne son secret

une affaire d’amis sincères
à travers les âges parents
la création quotidienne
dans le bonjour indifférent

.

VIII

.
Rideau il n’y a pas de rideau
mais quelques marches à monter
quelques marches à construire
sans fatigue et sans soucis
le travail deviendra un plaisir
nous n’en avons jamais douté nous savons bien
que la souffrance est en surcharge et nous voulons
des textes neufs des toiles vierges après l’amour

des yeux comme des enclumes
la vue comme l’horizon
des mains au seuil de connaître
comme des biscuits dans du vin

et le seul but d’être premier partout
jour partagé caresse sans degré
cher camarade à toi d’être premier
dernier au monde en un monde premier

Paul Éluard, Poésie ininterrompue, Poésie/Gallimard, 2011

Publicités

2 réflexions sur “Éluard ~ Le travail du peintre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s