Un récit

.

« cet homme, quelque part, — soulevé de terre, détaché du souffle —

cet être exsangue et désarticulé, dont je guide la descente oblique dans les plis d’un langage gluant et maculé de sperme, de sang, d’excréments — à peine a-t-il souffert, à peine a-t-il su qu’il aurait pu vivre…
est-il mort, souffre-t-il ?

— soupçonne-t-il, dans sa migration, son détournement infini, ce que l’écriture endure à sa place, — ce qu’elle endure, en nulle place, d’irréparable, jusque dans le soleil — et que tout ce qui la détruit la fait vivre — en érection, en insurrection, offerte, déchirée — et desserre nos dents comme une envie de mordre ou de vomir…»

Jacques Dupin, Extrait de Un récit

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s