47.

.

La mort parfois nous frôle les cheveux,
nous dépeigne
et n’entre pas.

Est-ce une grande pensée qui l’arrête ?
Ou peut-être pensons-nous
quelque chose de plus grand que la pensée même ?

.
Roberto Juarroz, Poésie verticale I, 2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s