44.

« Cassandre, tu as des yeux de tigre,
aucun mot n’y est écrit
Toi aussi t’ais-je* portée nulle part
dans une maison laide et il n’est
pas de fin au voyage. »

Ezra Pound, Cantos LXXVIII

________

* Mon édition (Flammarion 2013) comporte un S à « t’ai-je »…
Coquille ou mystère ?
Publicités

3 réflexions sur “44.

  1. La coquille existait déjà dans les précédentes éditions de Flammarion (j’ai sous les yeux l’édition de 2002 et celle de 2013). Le regard expert d’Auxeméry n’y a rien changé. Mais le folio n’ayant pas changé non plus (page 521), on peut penser que la totalité du cahier est restée telle pour des raisons éditoriales (= raisons de coût).

  2. Il y a comme ça, des coquilles naviguant de mer en mer, de retour au même rivage… Effectivement, je pense que seules les parties ajoutées ont dû être oeil-de-lynxées. Merci pour la précision !

  3. Le texte original :

    Cassandra, your eyes are like tigers,
    with no word written in them
    You also have I carried to nowhere
    to an ill house and there is
    no end to the journey.
    The chess board too lucid

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s