43.

DON RODRIGUE

Il vaut mieux conduire dans le sable un char attelé de
vaches  déferrées,  il vaut mieux pousser un troupeau
d’ânes  à  travers  les  éboulements  d’une  montagne
démolie,
___Que d’être le passager de  cette baille à merde  et
d’avoir besoin, pour avancer la longueur de son ombre,
de la conspiration des quatre points cardinaux !
___Faire dix lieues par  jour avec  mes propres jambes,
___Que  de marcher  ainsi par zigzag, essai, stratagème,
inspiration,
___Et  de se  mettre enfin à  cuire sur place tout à coup
en attendant le réveil d’un Ange assoupi !

Paul Claudel, Le soulier de satin [Deuxième Journée, Scène VIII]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s