Splene ~ Alessandro Ceni

.
Dove le acque dolci e le salate s’incontrano
spigolo il piede sul tuo passo e i pesci
emergono all’angolo dell’occhio
con le tibie sommerse del fiume,
l’elenco del mare:
livido un fiume di fatali acque letargiche
richiama i petti sfondati degli uccelli,
descrive un tracciato e cammina
quell’acqua tagliata:
acqua desolata
amata soltanto dal silenzio delle piante,
dai gesti e suoni d’un solitario animale
dove s’incanna
il fiume all’orlo della vasca e
il mare accelera in eterno
gli spiriti mangiati negli stomaci dei pesci.

Alessandro Ceni, da La natura delle cose (III), Jaca Book, Milano, 1991

eaux

.

Splén *

Où les eaux douces et salées se rencontrent
le  pied, glane sur ton pas, et les poissons
émergent au coin de l’oeil
avec les tibias submergés du fleuve,
l’inventaire de la mer :
livide, un fleuve de fatales eaux léthargiques
rappelle le bréchet enfoncé des oiseaux,
décrit un tracé et chemine,
cette eau coupée :
eau de désolation
que seuls aiment le silence de la plante,
les gestes et les cris d’un animal solitaire
où s’envide
le fleuve à l’ourlet du bassin et
la mer précipite vers l’éternel
les esprits mangés dans l’estomac des poissons.

Alessandro Ceni, extrait de La nature des choses (III)
Jaca Book, Milano,1991
Traduction © Valérie Brantôme

____________________________

Splén, du grec σπλήν, σπλήνα signifiant rate, d’où est dérivé Spleen,
état mélancolique que la médecine attribuait à un dysfonctionnement de la rate.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s