Le cercle ~ Pierre-Albert Jourdan

© Photo Dyonis Moser

.

La lumière dans son nid de cendre, les vagues imprécises du jour. La redevance
du parfum de cette terre aride.

Le moindre feu dresse une forêt blanche dans le ciel, le moindre geste d’arbre
évoque le langage mimé de son peuple.

Mais le feu s’estompe et se confond avec la brume ; mais l’arbre est pauvre, dressé
sur son socle de pierres, le cimetière d’escargots.

Les fruits s’évadent, font signe vers le ciel blanc et les damiers de terre, jeu de hasard
où roule, tressaute et grince la pierre ;

destin désordonné sans que la voix s’entende qui annonce un chiffre.
.

Pierre-Albert Jourdan, Le chemin en transparence, La terre seule (1959-1964)
in Le bonjour et l’adieu, Mercure de France, 1991.

____________________________________________________________

► sur Le Bonjour et l’Adieu, voir l’étude de Sylvie Besson sur Recours au Poème.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s