Jean-Marie Barnaud

.

5.

Ne lancer
Sur l’eau vivace des jours
Rien d’autre
Qu’un filet aux mailles sombres
Est-ce cela
Dire juste

Est-elle fidèle
La plume de cendre
Qui comble sa page
De vermine

On en a bien assez déjà
Avec le balancier de bronze
Qui vous casse l’échine
Et peint ses marques guerrières
Sur la soie des visages

*

Déroute du poème
Sanglé dans son ordre
Il se raidit
Se gonfle de rondeurs
Comme un sexe de théâtre
Verrouille ses issues
Monte ses murs trop haut
Pour la saveur
Et le silence

*

[…]

*

Telle fut la soif
La plus ancienne
Devenir cette paille brisée
Ce fétu
Que le moindre souffle
Entraîne un peu plus loin
Ou encore un grain
Qui se défait
De tout le sable accumulé
Sur les parois du sablier

L’imprévoyance
Disait-on
Fait l’âme heureuse.

Jean-Marie Barnaud, extrait de  Aux enfances du jour, Cheyne, 1998.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s