L’ingénue ~ Paul-Jean Toulet

.

D’une amitié passionnée
——-Vous me parlez encor,
Azur, aérien décor,
——-Montagne Pyrénée,

Où me trompa si tendrement
——-Cette ardente ingénue
Qui mentait, fût-ce toute nue,
——-Sans rougir seulement.

Au lieu que toi, sublime enceinte,
——-Tu es couleur du temps :
Neige en Mars ; roses du printemps…
——-Août, sombre hyacinthe.

Paul-Jean Toulet, Les Contrerimes, 1921
in Anthologie de la poésie française du XXe siècle, vol.1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s