Tard et profond ~ Paul Celan

.

Rouée comme parole d’or commence cette nuit.
Nous mangeons les pommes des muets.
Nous faisons un travail qu’on remet volontiers à son étoile ;
nous nous tenons dans l’automne de nos tilleuls, tels
des rouge d’étendard méditants,
tels des hôtes brûlants du Sud,
Nous jurons par Christ le Nouveau de marier la poudre à la poudre,
les oiseaux au soulier de l’errance,
notre coeur à un escalier d’eau.
Nous prêtons au monde les saints serments du sable,
nous les prêtons de bon gré,
nous les prêtons à voix haute depuis les toits du sommeil sans rêve
et secouons les mèches grises du temps…

Ils crient : vous blasphémez !

Nous le savons de long temps.
Nous le savons de long temps, mais qu’importe ?
Vous moulez au moulin de la mort la farine blanche de la Promesse,
vous la placez devant nos frères et nos soeurs —

Nous secouons les mèches grises du temps.

Vous nous rappelez : vous blasphémez !
Nous le savons bien,
que vienne sur nous la faute.
Que vienne la faute sur tous nos signes de mise en garde,
que vienne la mer gutturale,
le coup de vent cuirassé du retournement,
la journée minuitaine,
que vienne ce qui jamais ne fut encore !

Que vienne un homme de la tombe.

.
Paul Celan, Poèmes, Éditions UNES, 1987.
[traduit de l’allemand par John E. Jackson]

.

..

.

..

….

SPÄT  UND  TIEF.

Boshaft wie goldene Rede beginnt diese Nacht.
Wir essen die Äpfel der Stummen.
Wir tuen ein Werk, das man gern seinem Stern überlässt ;
wir stehen im Herbst unsrer Linden als sinnendes Fahnenrot,
als brennende Gäste vom Süden.
Wir schwören bei Christus dem Neuen, den Staub zu vermählen dem Staube,
die Vögel dem wandernden Schuh,
unser Herz einer Stiege im Wasser.
Wir schwören der Welt die heiligen Schwüre des Sandes,
wir schwören sie gern,
wir schwören sie laut von den Dächern des traumlosen Schlafes
und schwenken das Weisshaar der Zeit…

Sie rufen : Ihr lästert !

Wir wissen es längst.
Wir wissen es längst, doch was tuts ?
Ihr mahlt in den Mühlen des Todes das weisse Mehl der Verheissung,
ihr setzet es vor unsern Brüdern und Schwestern —

Wir schwenken das Weisshaar der Zeit.

Ihr mahnt uns : Ihr lästert !
Wir wissen es wohl,
es komme die Schuld über aller warnenden Zeichen,
es komme das gurgelnde Meer,
der geharnischte Windstoss der Umkher,
der mitternächtige Tag,
es komme, was niemals noch war !

Es komme ein Mensch aus dem Grabe.

Paul Celan  [op. cit.]

Publicités

Une réflexion sur “Tard et profond ~ Paul Celan

  1. Pingback: Par l’impulsion du rêve… ~ Paul Celan | enjambées fauves

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s