Amin Khan, parole en archipel.

.

Ô sang gourmand
tu parles comme un ruisseau

où les amies se morfondent
et grattent leurs mandolines

où les oiseaux fondent
dans un ciel d’enclume

où les gorges se font soudain
douces et mesquines

*

Ma part de trouble
est celle d’un autre
veinée d’or et d’acier

elle se tient au bord
de mon corps chevauché
à l’os du chagrin

elle est arabe et indienne
elle implore et ignore
alors qu’elle est mienne

Amin Khan, extrait de Arabian Blues, MLD, 2012

.

Henri Émilien Rousseau,
Cavalier de l’Atlas

.

Il y a ce temps gagné
de fièvre longue et d’odeurs animales
et cette immense gorge qui râle de désir
absolu
et ces soldats perdus
aux yeux fardés de noir

et puis soudain ce jour pâle
vide de sens
et cette plaine blanche qui lève
à l’horizon perdu

[…]

Vanité de l’aube grise
qui laisse boire encore
le drap rouge d’un homme sans nom
et la lumière incertaine
de la chair ouverte de l’ennemi

et puis soudain le silence argenté
des doigts endeuillés
dénouant la soie salie
du foyer piétiné dans la nuit

Amin Khan, extrait de Archipel Cobalt, MLD, 2010

_____________________________

► Amin Khan (éléments biographiques)
► D’autres poèmes sur Terres de Femmes et sur le site du Scriptorium

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s