Sous la falaise ~ Jacques Chessex

.

Quand tu marches sous la falaise
N’oublie pas de faire offrande
D’une pensée transparente au pèlerin
N’oublie rien de son vol de cendre
Plus rapide que la pierre qui tombe du roc
Ô meurtrier silencieux.
Souviens-toi de son vol plus lointain
que le vent qui se jette à l’amont du fleuve
de sa trace coupante au nuage
imite cet oiseau serein et cruel
envie sa justice de maître de la vie et de la mort
passant songeur, envie son aire et la sagesse de sa retraite
et quand vient l’heure de l’ombre
jour après jour souviens-toi de plonger en elle
comme l’oiseau se jette au vide
(ainsi le coeur au mal, l’âme au vent sans mémoire)
et regarde en toi blanchir le gouffre
passant calme
en retard sur l’eau des rêves

Jacques Chessex

(extrait de Comme l’os, Grasset, 1988)
in Anthologie de la Poésie française du XXe siècle, Gallimard, 2004

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s