D’un trait qui figure et défigure ~ André du Bouchet

.

dessiner dans l’air                                                          tailler dans le papier

.

ce trait d’une annulation en cours dont toute figure vivante se voit frappée  — signe     de l’ouvert qui défigure  — nous l’aurons tenu, avant de nous reconnaître en elle, et     de même qu’elle dans l’air, pour une étrangeté.

poussière                        montagnes                           sur un abîme égal                   à lui-même, quel que soit l’escarpement — et comme toujours en suspens.

on peut dire de Giacometti, en le paraphrasant, que son trait valorise tout ce qu’il ne dessinera pas.

sur le vif

ou bien de mémoire encore, cela revient au même

de mémoire et sur le vif

d’après nature et de mémoire tout de même :                                               oubli   sur-le-champ validé.

.

mourir — la

réverbération, ou face de la face impraticable qu’en retour une incidence de jour a de nouveau ponctuée.

..

le trait s’interrompt dans l’instant où il est parvenu.

.

André du Bouchet, extrait D’un trait qui figure et défigure, Fata Morgana, 1997.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s