Alinéas sans attendu

.

Nul ne sut pourquoi
ce jour courbé dans l’hiver
creva d’un bruit impoli

Il était couleur de muraille
halait bas la horde des certitudes,
doigt sur les lèvres,
intimant campement au silence .

Il portait loin dans l’absurde
un temps suicidé
oublieux de l’empreinte.
Aucune vérité n’y avait plus demeure .

Et notre distance soudain d’étoile,
de clarté brouillon,
saluait impavide tes colères.
Ces jours mangés de la recluse..

Je voulais sans mesure ton front grand,
parlant ses ciels hyalins,
rien de cette folie noire
opposée dans l’orage.

               VB

.

Publicités

Une réflexion sur “Alinéas sans attendu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s