Parler (2) ~ Philippe Jaccottet

.

Source : Willg Photos

.

.

Chacun a vu un jour (encore aujourd’hui on cherche à nous cacher jusqu’à la vue du feu)
ce que devient la feuille de papier près de la flamme,
comme elle se rétracte, hâtivement, se racornit,
s’effrange… Il peut nous arriver cela aussi,
ce mouvement de retrait convulsif, toujours trop tard,
et néanmoins recommencé pendant des jours,
toujours plus faible, effrayé, saccadé,
devant bien pire que du feu.

Car le feu a encore une splendeur, même s’il ruine,
il est rouge, il se laisse comparer au tigre
ou à la rose, à la rigueur on peut prétendre,
on peut s’imaginer qu’on le désire
comme une langue ou comme un corps ;
autrement dit, c’est matière à poème
depuis toujours, cela peut embraser la page
et d’une flamme soudain plus haute et plus vive
illuminer la chambre jusqu’au lit ou au jardin
sans vous brûler — comme si, au contraire,
on était dans son voisinage plus ardent, comme s’il
vous rendait le souffle, comme si
l’on était de nouveau un homme jeune devant qui

l’avenir n’a pas de fin…

C’est autre chose, et pire, ce qui fait un être
se recroqueviller sur lui-même, reculer
tout au fond de la chambre, appeler à l’aide
n’importe qui, n’importe comment :
c’est ce qui n’a ni forme, ni visage, ni aucun nom,
ce qu’on ne peut apprivoiser dans les images
heureuses, ni soumettre aux lois des mots,
ce qui déchire la page
comme cela déchire la peau,
ce qui empêche de parler en autre langue que de bête.

Philippe Jaccottet,  in Chants d’en bas , L’encre serait de l’ombre,

nrf Poésie/Gallimard, 2011

Advertisements

4 réflexions sur “Parler (2) ~ Philippe Jaccottet

  1. Cette autre expérience de la solitude (et du désespoir) associée au feu, résolue d’une tout autre façon : Pascal, le « Mémorial » : http://www.bibleetnombres.online.fr/memorial.htm
    « L’an de grâce 1654,
    Lundi 23 novembre, jour de Saint Clément, pape et martyr, et autres au Martyrologe,
    Veille de saint Chrysogone, martyr, et autres,
    Depuis environ dix heures et demie du soir jusqu’à environ minuit et demie
    FEU »

  2. Pingback: Parle (7) ~ Philippe Jaccottet | enjambées fauves

  3. Pingback: Parler (7) ~ Philippe Jaccottet | enjambées fauves

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s