Désastres et prodiges du jour

À quelle frontière d’écriture irions-nous

qui ne connaissons pas même nos proches gisements

et quel savoir celui du sang ?

Nous voici parmi désastres et prodiges

dans les mains impalpables du temps.

Quelle est cette faim en nous

de partir, de gravir,

de remonter ces marches d’ombre ?

.

Lionel RAY

Comme un château défait  (nrf  Poésie/Gallimard, 2004)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s